Ce que nous raconte une analyse de sang vivant

Ceci est une photo du sang vivant grossie 30.000 fois sur fond noir. Les gros cercles sont des globules rouges et les points blancs sont les microzymas ou somatides. Ces micro-organismes, les plus petites entités vivantes connues à ce jour, observés au microscope sont en mouvement constant et ne meurent jamais. Les momies d'Egypte sont entièrement composées de ces micro-organismes et si vous prélevez un morceau de momie et que vous le diluez dans l'eau, ces microzymas se mettent de nouveau en mouvement.

 

Cela veut dire que le vivant est constamment présent et s'organise en fonction des schémas ADN qu'il rencontre, quand une graine ou un spermatozoïde trouve les conditions de germination ou de fécondation. Le vivant s'adapte au schéma directeur et fait en sorte de maintenir la vie dans son potentiel maximum.

 

Antoine Bechamp, biologiste, contemporain de Pasteur, a été le premier à en parler et à élaborer la théorie du déséquilibre du terrain comme cause première des maladies. Gaston Naessens a été le premier à les visualiser grâce à son Somatoscope, un microscope spécial qu'il a mis au point pour observer le vivant (les microscopes électroniques peuvent grossir des millions de fois mais seulement sur objet séché et fixé donc non vivant) et qui lui a permis de découvrir le phénomène appelé Pléomorphisme (pleo- changer, morph- forme) qui signifie que sont les microzymas eux-mêmes qui se transforment de l'intérieur en virus, bactérie et levure selon la nature du terrain. 

 

Les géologues et certains biologistes modernes confirment les découvertes de Béchamp l’une après l’autre : ce qu’ils appellent aujourd’hui nanobes” ou "nanobactéries" sont en fait des microzymas. Ils en ont étudié la longévité. Ils ont découvert des microzymas vivants à l’intérieur de météorites venant d’autres planètes, ce qui laisse à penser que la vie sur notre terre pourrait provenir d’une contamination extraterrestre par des microzymas ayant survécu dans le vide sidéral pendant des années-lumières.

 

Les microzymas sont quasiment éternels, on les retrouve vivants dans des fossiles de plus de douze millions d’années. Ils sont capables de fabriquer certaines enzymes ou “zymases”, c’est-à-dire des substances organiques étonnantes dont le mystère n’est toujours pas élucidé à ce jour. Ils peuvent construire des fibres complexes en réunissant des protéines et des cellules, des tissus, des organes, et des organismes complexes… La membrane cellulaire est constituée par des microzymas juxtaposés. Les noyaux cellulaires sont des réservoirs de microzymas. La cellule n’est donc pas l’unité de base de la vie, mais bien le microzyma. La cellule ne se multiplie pas, elle est construite par les microzymas à la demande, et c’est vrai même pour les neurones.

 

 En 1995, au Hippocrates Health Institute, en Floride, j'ai eu la chance de pouvoir observer une goutte de mon sang frais et de voir mes globules rouges et surtout ces fameux corpuscules de vie, vibrant et s’agitant dans tous les sens. J’ai été subjugué par la beauté de ce ballet qui était le reflet de mon état physique du moment.

 

80% de notre ADN semble encore inactif, les scientifiques l'ont baptisé poétiquement "ADN poubelle"... le rebaptiser "ADN dormant" serait probablement plus juste. Comme vous pourrez le lire dans le chapitre sur l’immortalité, certaines espèces animales et végétales ont dans leur ADN la propriété d'être immortelles.

RETOUR au Sommaire